Bien-être au travail
1 commentaire

DANGER! Employés toxiques au travail

Huguette*, adjointe au président, diffuse de fausses rumeurs et complote régulièrement dans le dos de ses collègues. Sébastien*, technicien informatique, a pris l’habitude de mentir pour arriver à ses fins. Lucie*, avocate-associée, manipule et rabaisse continuellement ses employés afin d’obtenir plus de pouvoir. Nicolas*, enseignant, est connu pour ses remarques désobligeantes et tyrannise ses pairs. Julien, comptable, n’est jamais satisfait et critique sans cesse ses collaborateurs.

Le dénominateur commun de tous ces gens? Ils sont tous des personnes appelées toxiques.

Selon la psychologue allemande Heidrun Schüler-Lubienetzki, environ 5 à 10 % des salariés sont des personnalités toxiques. Employés de bureau ou patrons, ils peuvent être présents dans tous les niveaux hiérarchiques d’une organisation

*Tous les noms utilisés sont fictifs.

Qui sont les employés toxiques?

Autoritaires, colériques, manipulateurs, harceleurs, pervers narcissiques… ils ont un malin plaisir à empoisonner la vie de leurs pairs et de leurs employés. Ils sont généralement prêts à tout pour briller et pour gagner au détriment des autres, détruisant ainsi tout sur leur passage. Très difficiles à discerner, habiles et fins calculateurs, ils possèdent généralement un caractère imprévisible, un gros égo et excellent dans l’art de la critique et de la manipulation.

Selon la psychologue, « les personnes toxiques sont attirées par le pouvoir personnel et les avantages qui y sont rattachés: le statut, la reconnaissance, l’argent et le sexe ».¹

Suis-je victime d’une personne toxique?

Certains vous apprivoiseront en se liant d’amitié avec vous… pour ensuite avoir la main mise sur vous, vous manipuler et polluer votre quotidien au travail. D’autres vous complimenteront, vous amadoueront pour ensuite mieux vous contrôler ou pire, mieux vous détruire.

Lorsqu’une « personne suscite des réactions diamétralement opposées, soit qu’elle est cordialement détestée ou au contraire très appréciée, il y a de fortes chances que vous ayez affaire à une personne toxique », explique Mme Schüler-Lubienetzki au site allemand Spiegel. « Un changement d’humeur brusque et inattendu peut également vous mettre la puce à l’oreille ».²

« Vous ressentez fréquemment de la colère, vivez de la tristesse, de la peur et un grand stress? Vous ressentez continuellement un malaise? Vous vous sentez méprisé, critiqué, brimé ou dévalorisé?

Vous êtes sûrement en présence d’une personne toxique! » ³

Reconnaître les symptômes des employés toxiques

 « Les employés toxiques ont généralement trois points communs. Ils sont:

  1. Überconfiants, soit excessivement confiants en leurs talents professionnels.
  2. Indifférents aux objectifs visés, donc rarement motivés par l’atteinte des buts fixés pour l’équipe ou pour l’entreprise. Ils sont toutefois très motivés par le profit personnel qu’ils peuvent en retirer.
  3. Convaincus de toujours bien faire, ils sont toujours persuadés que ce qu’ils font, ils le font bien. Ils sont surtout convaincus de le faire en respectant les règles établies. S’ils leur arrivent de franchir « certaines limites », ce ne sera évidemment pas de leur faute, mais bien celle des autres, une situation très particulière, etc…

Note importante: si tous les employés toxiques partagent les trois points en commun mentionnés précédemment, une personne présentant ces trois caractéristiques n’est toutefois pas forcément un employé toxique. Quelqu’un peut en effet avoir une très grande confiance en soi, être peu motivé par la mission à remplir et être scrupuleux quant au règlement sans agir nécessairement de manière toxique au travail. Encore faut-il qu’une étincelle déclenche un tel comportement.» 4

5 types d’employés toxiques 5 :

  1. L’incompétent: il est désorganisé, peu crédible, résiste au changement et présente une attitude passive. L’incompétent ne maîtrise pas ses tâches et n’est pas en mesure d’accomplir son travail. Il fait généralement perdre le temps de ses collègues par ses erreurs fréquentes et ses requêtes permanentes.
  1. Le fainéant: il possède une faible motivation au travail, est incapable de respecter les échéanciers, perd son temps en ligne (médias sociaux et autres sites) et s’absente souvent du travail. Il démotive les membres de son équipe en leur faisant perdre leur temps, leur énergie et leur enthousiasme.
  1. Le martyr: il ne connaît pas ses limites, travaille sans relâche et souhaite que tout le monde soit au courant. Il se plaint souvent, se présente au travail même lorsqu’il est malade infectant tous ses collègues au passage. Sujet à l’épuisement professionnel, il mine le mental des employés.
  1. Le socialite: il possède une personnalité flamboyante et est le meilleur ami de tous. Le socialite peine à focaliser sur le travail à faire. Il préfère plutôt s’amuser, prolonger ses pauses et étirer les conversations faisant ainsi perdre un temps précieux à ses collègues. Adepte du potinage et du commérage, il exerce une influence négative auprès de ses pairs.
  1. Le sociopathe: il pratique l’indifférence, intimide, n’accepte pas l’autorité, vit des problèmes personnels et manipule. Il ne respecte pas les règles, crée un environnement hostile et pourrit l’atmosphère de travail. Il est également responsable de la perte de motivation de ses collègues. 4% de la population serait sociopathe.

Le saviez-vous? 96% des gens disent avoir été victime d’intimidation sur leur lieu de travail.

Suggestion de lecture :

Personnalités toxiques

Le rôle de votre employeur

En évitant de gérer les conflits à la source, dès le départ, les gestionnaires créent malheureusement un terreau favorable au développement des personnes toxiques et contribuent à la détérioration du climat de travail. Les coûts engendrés par ces inactions sont souvent énormes: démissions (généralement des bons employés), maladies professionnelles (dépression, épuisement professionnel), invalidités de courtes et de longues durées, plaintes d’harcèlement.

Le rôle du gestionnaire est de comprendre d’où proviennent les comportements toxiques. Il doit ensuite éliminer les facteurs environnementaux propices à la toxicité. Il se doit également de considérer avec grand sérieux les plaintes formulées par ses employés. Communiquer, être à l’écoute et disponible auprès de ses employés lui permettra d’identifier rapidement les problématiques et de mettre en place des solutions efficaces et viables afin de favoriser un bon climat de travail et une performance constante auprès de son équipe de travail.

Dès qu’il sera en mesure de reconnaître les troubles de la personnalité et d’identifier la personne toxique, celle-ci devra être rencontrée, puis avisée. Il pourra alors appliquer une gradation de sanction. Pour les situations sans issue, le congédiement sera la conséquence finale en cas de récidive.

Le saviez-vous? Votre employeur a l’obligation de vous offrir un environnement sain et sécuritaire afin de protéger votre santé physique et psychologique. Les lois & les normes, les politiques & procédures ainsi que le manuel de l’employé viennent généralement encadrer la culture, l’environnement et l’organisation du travail au sein de l’entreprise.

Plan d’actions pour contrer une personne toxique

Prenez conscience de la situation: écoutez votre intuition. Identifiez et reconnaissez vos sentiments. Travaillez votre confiance en vous et apprenez à vous affirmer, à dire non.

Protégez-vous et documentez: mettez sur papier toutes les situations que vous fait vivre la personne toxique. Indiquez les faits, les paroles ainsi que les gestes posés. Notez toute autre information pertinente tels que le lieu, l’heure, les témoins, etc. Il n’est pas rare de voir des agresseurs (manipulateurs, harceleurs, etc.) s’approprier le rôle de la victime une fois qu’ils aient été dénoncés.

Démystifier la personne toxique: validez vos impressions auprès de vos collègues.

Stop!: demandez à la personne toxique de cesser ses comportements, dès maintenant.

Vos alliés: informez les ressources humaines, votre délégué syndical ou toute autre personne responsable qui pourrait vous aider dans votre organisation.

Déposez une plainte: que ce soit auprès de la direction de votre organisation ou pour une plainte d’harcèlement, suivez les procédures indiquées par votre employeur (dans le manuel de l’employé, par exemple) ou par la Commission des normes, de l’équité et de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Renseignez-vous: en tout temps, n’hésitez pas à utiliser les ressources mises à votre disposition tel que le programme d’aide aux employés (PAE) offert par votre employeur,  l’aide psychologique, l’information fournie par la CNESST, un avocat, etc.

Suggestion de lecture:

Personnes toxiques, 5 stratégies d’autodéfense

Sources & autres liens:

1- http://www.courrierinternational.com/article/travail-ces-collegues-qui-nous-pourrissent-la-vie

2- http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/11/23/collegues-toxiques-travail_n_8628316.html

3- http://www.studyrama.com/pro/efficacite-professionnelle/efficacites-professionnelles/gerer-un-conflit-harcelement-moral/comment-se-liberer-des-manipulateurs-au-travail-19514.html

4-  http://www.lesaffaires.com/blogues/olivier-schmouker/comment-contrer-subtilement-les-employes-toxiques/582715

5- https://www.horloges-huchez.fr/blog/employes-toxiques & http://www.huffingtonpost.com/reuben-yonatan/5-types-of-toxic-employee_b_6755754.html

http://www.lettreducadre.fr/451/gerons-nos-collegues-toxiques/

http://images.transcontinentalmedia.com/LAF/lacom/toxic_workers.pdf

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s